HISTOIRE



Figures de résistants

FIGURES DE RESISTANTS


Marthe BOULENGER-MESMACQUE

Marthe-Marie-Noëlle BOULENGER est née à Quesques le 25 décembre 1921, fille de Gaston et de Marie DUVIVIER. Elle habite Quercamps pendant la guerre où elle exerce le métier de couturière. Elle fait partie du réseau Pat O'Leary, réseau d'évasion pour les aviateurs britaniques. Elle était chargée de les récupérer et de les héberger avant de les remettre à Emile Rocourt qui les dirigeait vers Lille. Elle fournissait aussi des renseignements sur les rempes de VI, Emile Rocourt faisant aussi partie du réseau Manipule.

Elle est arrêtée le 2 février 1944, ainsi que de nombreux autres résistants, suite à la trahison d'un agent infiltré. Elle connaît les prisons de Calais, puis de Loos. Condannée à mort le 16 mai 1944 par un tribunal de l'air allemand, sa peine est commuée et elle est déportée le 27 mai 1944 vers Bruxelles, puis sur les camps de Cottbus (12 juillet 1944), Ravensbrück (16 janvier 1945), enfin de Mauthausen. Elle est libérée le 22 avril 1945, hospitalisée un temps en Suisse, avant d'être rapatriée le 19 juin 1945.


Henri QUEVAL

Henri Louis Eugène Quéval est né le 2 juillet 1874 à Alquines, fils d'Auguste, manouvrier, et de Marie Bacquet. Il se marie en 1900 à Calais et exerce l'état de directeur d'usine.

Il est arrêté à Calais le 6 février 1943 par la Gestapo pour détention d'armes et de munitions. Il est interné à la prison de Loos jusqu'au 23 juin 1943, puis à Arras. Là, il est condamné à mort par le tribunal militaire de l'OFK 670, le 6 août 1943 et fusillé le même jour.

D'autres sources le donnent décédé le même jour dans la prison, suite aux tortures endurées. Il a 69 ans

(Christian Lescureux, Les fusillés (1940-1944), p1515).


Emile ROCOURT

Emile Jules Joseph Rocourt est né le 21 mars 1912 à Quercamps. Avant la guerre, il est minotier à Alquines. Mobilisé en 1939, il parvient, après l'invasion, à revenir à Alquines et en janvier 1942 il entre en résistance, dans le réseau de renseignements "Manipule", réseau crée par le mouvement "Ceux de la Résistance". Il s'est illustré en pénétrant dans la base secrète d'Eperlecques et en y prenant des photographies. Il est également chef de secteur pour le réseau Pat O'Leary et aide à l'évacuation des aviateurs alliés.

S'il fut arrêté en octobre 1943, c'était pour avoir participé à l'évasion d'un aviateur américain et surtout avoir été dénoncé par "une dame blonde" de Tournehem. Déporté le 21 juin 1943, avec son frère Gaston, il connaît les prisons de Bruxelles, de Bonn, de Coblence, de Francfort, de Nuremberg, de Bamberg, puis Bayreuth, Kommando du camp de déportation de Flossenburg. Enfin, il rejoint Amberg où il est libéré le 23 avril 1945.

Le GÉNÉRAL DE GALLE félicitant
Monsieur Émile ROCOURT, Officier de rebseignements
héros de la guerre 1939-1945.
Médaille commémorative Emile Rocourt, dit Milo, à Alquines