La boucherie HAVART, quatre générations de bouchers

Article mis à jour le :

La renommée de la maison Havart dépasse largement les frontières d’Alquines. C’est là l’héritage de l’histoire et la volonté de Jacques et Gaëtan Havart de maintenir une tradition solidement établie d’accueil et de qualité.

Parmi les 28 artisans et commerçants recensés à Alquines en 1912, nous trouvons Auguste Havart Delmotte qui créa, avec sa femme Eugénie une charcuterie, une épicerie et un café sur la petite place d’Alquines, à l’angle du chemin de Journy.

La boucherie Havart, qui tenait un café avant qu'elle ne soit frappée d'alignement.

Après 1920, leur fils Alfred Havart et son épouse Olga Cucheval poursuivirent cette activité, en y ajoutant progressivement un cabaret attenant pour soulager l’attente et traiter des affaires. Les plus anciens se souviennent de leur étal aux marchés de Licques et de Lumbres.

Pendant la guerre 39-45 et malgré la répression des services de l'État français, ils surent limiter les effets du rationnement pour le bien de la population. Au temps du "marché noir" qui permit l'enrichissement de certain au détriment des gens pauvres, la maison Havart prit le risque de ravitailler les habitants de la région, et plus particulièrement les plus déshérités. Quand la paix revenue, ils affichèrent leur reconnaissance en devenant les clients fidèles de la boucherie, forgeant ainsi sa renommée.

La famille Havart devant la boucherie

Jacques Havart, leur fils, né en 1928 a manié le couteau et la scie dès l’adolescence, comptant ainsi quelque soixante-dix ans de pratique. Avec sa femme Lia, il a fait prospérer son commerce. Les clients sont venus du Calaisis, du Boulonnais, du Nord et du pays minier. Les livraisons dans les campings leur ont permis de nouer des relations solides et ils ont longtemps pratiqué la chine, ou livraison à domicile dans les environs.

En 1964, Gaëtan, le fils, renonçant à des études auxquelles il pouvait prétendre comme sa sœur, enseignante, a prêté main-forte à son père. Et la tradition s’est perpétuée, d’un savoir-faire largement reconnu.

La recette de la notoriété ?

Selon Gaëtan, cette notoriété est du à la préservation de la pratique de ses aïeux, des produits de qualité, un travail consciencieux, un service rendu. Les générations se succèdent dans le magasin, attestant du capital confiance et sympathie accumulé. La boucherie est aussi fournisseur officiel de la cantine locale.

Jacques et Gaetan Havart.

Le décor est ancien mais d’une clarté à toute épreuve. Seule la balance atteste de l’évolution. Jacques, 88 ans, garde le geste sûr et n’entend pas renoncer. Gaëtan, 66 ans, non plus. Ils prennent tant de plaisir avec la clientèle à laquelle les unissent des liens d’amitié. Et puis, comme dit le fils : « La retraite d’un commerçant, même après tant d’années d’efforts, ça n’a rien de mirobolant… »

Le 4 juin 2017, pour rendre hommage à ces années de travailles, Jacques a reçu la médaille de la confédération nationale de la boucherie, à l'occasion de la traditionnelle ducasse d'Alquines.

Jacques Havart au centre avec Monsieur Leroy et le president de la confederation des bouchers du Pas-de-Calais.

Le 21 décembre 2017, la boucherie Havart a fait l'objet d'un reportage par France 3.

Reportage de France 3 du 21 décembre 2017

En octobre 2019, à l'occasion de l'opération ballons roses à l'initiative de la Communauté de communes du Pays de Lumbres, la boucherie Havart s'est impliquée pour aider les personnes touchées par la maladie et pour sensibiliser au dépistage.

Jacques et Gaetan Havart dans la Boucherie d'Alquines.

Sélectionner un theme pour voir plus d'articles :